Saturday, August 13, 2011

La folie des livres

Citons Rica des Lettres persanes encore une fois. Il s'agit des livres cette fois. Dans la lettre 66, il écrit :
La nature semblait avoir sagement pourvu à ce que les sottises des hommes fussent passagères, et les livres les immortalisent. Un sot devrait être content d'avoir ennuyé tous ceux qui ont vécu avec lui : il veut encore tourmenter les races futures, il veut que sa sottise triomphe de l'oubli, dont il aurait pu jouir comme du tombeau ; il veut que la postérité soit informée qu'il a vécu, et qu'elle sache à jamais qu'il a été un sot.
Des mots mésurés. Rica continue avec une pensée qui porte sur ce que je suis en train de faire:
De tous les auteurs, il n'y en a point que je méprise plus que les compilateurs, qui vont, de tous côtés, chercher des lambeaux des ouvrages des autres, qu'ils plaquent dans les leurs, comme des pièces de gazon dans un parterre.

No comments:

Post a Comment